Les habitants du quartier Dunois ont un problème de transit

« C‘est un des quartiers les plus prisés d’Orléans. En bordure du centre-ville, le quartier Dunois cumule les atouts sans perdre son charme d’antan à savoir ces jolies rues bordées de belles maisons bourgeoises ou ces commerces de proximité notamment sur le toujours très animé faubourg Bannier… » Telle est l’accroche choisie par la mairie d’Orléans pour dépeindre le quartier Dunois. Effectivement, si seul le prix de vente au m2 définit l’attractivité d’un emplacement alors le quartier Dunois est un endroit très recherché. Dans un précédent billet, une humble description du phénomène GCUM était faite. Aujourd’hui, je vous propose de parler du trafic de transit induit par les rues coupe-files.

UN QUARTIER CEINTURE PAR DES AXES MAJEURS

Le quartier Dunois est bordé par les axes routiers les plus fréquentés d’Orléans : le boulevard Rocheplatte, la rue du Faubourg Bannier et la rue du Faubourg Saint Jean.

L’extrait de carte ci-dessus provient des comptage réalisés les années précédentes. On distingue clairement les axes mentionnés précédemment. Les chiffres montrent un volume de voitures relativement stable entre 2010 et 2018.

Toutefois, sachant que le seuil de gêne pour une route à deux voies en rase campagne hors zone de carrefours est de 8500 UVP par jour, on comprend aisément que le quartier est entouré de voies saturées aux heures de pointe. Les automobilistes vont alors chercher tous les moyens pour trouver des raccourcis et éviter les bouchons.

LE QUARTIER DUNOIS : UN VRAI GRUYERE A VOITURES

Et les rues du quartier Dunois sont là pour répondre aux attentes des automobilistes pressés. Le quartier permet tous les raccourcis possibles. La carte ci-dessous affiche en bleu la rue du Faubourg Bannier, en vert le boulevard de Châteaudun et, en noir la rue du Faubourg Saint Jean. Il s’agit des 3 principales voies routières de la zone. Le matin et le soir, la vitesse de déplacement des voitures est faible à ces endroits du fait du trafic, des feux tricolores et des intersections.

En rouge, sont inscrits tous les axes en double sens. On comprend alors rapidement qu’il existe plusieurs possibilités pour quitter les axes bouchés et se faufiler au travers des zones d’habitation. Toutes ces rues ne sont plus empruntées majoritairement par les habitants du quartier mais par tous les pendulaires qui vont chercher à gagner quelques secondes. Si certains shunts sont historiques comme la rue de Coulmiers, d’autres ont été percés récemment par la mairie pour soit disant fluidifier le trafic. C’est ainsi que la rue Duvillard permet de sortir de la rue du Faubourg Saint Jean pour s’engouffrer à toute vitesse dans une zone où se situent une grande aire de jeux pour enfants et une maison de retraite.

LES REPERCUSSIONS SUR LES RIVERAINS

Le quartier est parcouru par des voitures qui ne font que traverser le quartier sans s’y arrêter. C’est le fond du problème. Toutefois, cela ne serait pas gênant si les voitures roulaient à vitesse modérée mais cela est rarement le cas. Aucun obstacle physique ne vient casser la vitesse des voitures. Le danger est grand pour les cyclistes, les jeunes piétons qui prêtent moins d’attention et les PMR. Le matin et le soir, les conducteurs sont pressés et n’hésitent pas à mettre en danger les autres usagers de la route.

Sans parler des autres externalités négatives engendrées par le trafic de transit : le bruit et la pollution. On n’a guère envie de flâner place Dunois à l’heure de la débauche : les effluves de gaz de combustion et le bruit sont insupportables.

REVOIR LE PLAN DE CIRCULATION : L’ARLESIENNE

Il faut revoir le plan de circulation! Cette phrase est prononcée régulièrement : à chaque campagne électorale, à chaque réunion de quartier, à chaque plainte d’un riverain. Mais le sujet est sensible… Tellement sensible que les élus d’aujourd’hui et d’hier n’ont jamais osé ouvrir la boite de Pandore. Pire, la mairie continue de faciliter l’accès aux voitures dans le quartier : le prolongement de la rue Gabelle est le dernier exemple en date.

Espérons que la prochaine mandature sache se saisir du dossier.

Un commentaire sur “Les habitants du quartier Dunois ont un problème de transit

Ajouter un commentaire

  1. Belle analyse valable pour le quartier, belle mise en couleur des différentes voies de circulation… car les voix électorales ont des desseins différents.
    Belle analyse à laquelle il manque le nombre réel des comptages par rue (je ne suis pas allé consulter le lien) à mettre en relation avec la nature du déplacement ; par exemple, je stationne la voiture de service au parc souterrain Gambetta et utilise les rues Foch / Dunois / Loigny pour rejoindre Châteaudun et filer vers Saran par le quartier des Murlins.
    Bien évidement c’est un exemple d’évitement de la circulation sur un axe plus important, mais ils sont légion.
    Je plussoie l’idée de quartiers « bulles » dont la rue d’entrée serait obligatoirement la rue de sortie, c’est sous-jacent au schéma, la réalisation d’un tel plan de circulation ne se réalise pas que sur plan mais avec l’explication, l’expérimentation et la participation de chacun.
    JPB

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :