Rejoindre le Pôle 45 à vélo: deux trajets, une seule ambiance

« Implanté sur les trois communes d’Ingré, Ormes et Saran, le Pôle 45 est le deuxième plus grand parc d’activités de la communauté d’agglomération Orléans Val de Loire. La création de cette zone industrielle date de 1976, avec le concours de la Chambre de commerce et d’industrie du Loiret. Démographiquement, son développement a permis la transformation massive du territoire, passant d’un village de 799 habitants en 1968 en une ville qui compte aujourd’hui 4 122 habitants en 2017. Le Pôle 45 compte près de 200 entreprises et a permis la création de 6 500 emplois, principalement dans l’industrie et le domaine du transport et de la logistique. Aujourd’hui, le parc souhaite se tourner vers le développement durable. » décrit la page Wikipédia de la ville d’Ormes.

Toujours est-il que développement durable ou non, le Pôle 45 est surtout connu pour ses longues files de poids lourds et ses interminables bouchons sur l’avenue Charles de Gaulles à Ormes. A la lisière entre la morne plaine de Beauce et la métropole d’Orléans, le coeur du pôle 45 est situé à environ 10 kilomètres de la place du Martroi à Orléans mais le temps de trajet entre ces deux points peut dépasser 50 minutes suivant le trafic. Cela tombe bien c’est aussi mon trajet vélotaf et je vais souvent plus vite que les voitures.

PAR LA D2157 :

C’est le trajet le plus direct mais aussi le plus hostile. Il faut compter 6 kilomètres pour relier le début du Faubourg Saint Jean jusqu’au milieu du Pôle 45. Je prends cet axe principalement le matin quand le trafic n’est pas encore important ou quand je suis pressé.

On peut découper ce trajet en trois tronçons :

  • du faubourg Saint Jean jusqu’à l’intersection avec la Tangentielle;
  • de l’intersection avec la Tangentielle jusqu’à la rue Passe Debout;
  • de la rue Passe Debout jusqu’au Pôle 45 (ce passage est commun aux deux trajets).

Le Faubourg Saint Jean et la rue Charles Beauhaire est un axe en ligne droite qui n’offre aucune infrastructure cyclable. La chaussée n’est pas large et ne permet pas de doubler un cycliste avec l’écart minimal réglementaire en cas de trafic. Pour éviter de vous faire frôler, je vous conseille de rouler au milieu de la voie. Cela a deux avantages : éviter les dépassements hasardeux par des automobilistes et cela vous met en dehors de la zone d’emportièrage.

L’intersection avec la Tangentielle se franchit très bien. Une fois sur la D2157, le revêtement de la chaussée est vraiment dégradée. Les trous vous font faire des écarts et le risque de chute n’est pas négligeable.

Il y a aussi une autre particularité sur ce tronçon : la limitation de vitesse n’est pratiquement jamais respectée et le nombre de poids lourds est bien plus nombreux. Pratiquement tous les dépassements se font sans respecter la distance de sécurité. Cela m’a valu plusieurs coups de gueule… Toutefois quand le trafic est saturé, cela permet de jolis sautes bouchons et on peut remonter une file interminable de véhicules.

PAR LA ROUTE D’ORLEANS

Là également en dehors d’Ingré même ambiance : aucun aménagement cyclable depuis Orléans pour rejoindre le Pôle 45. Ce trajet a un un trafic routier moins important mais à certains endroits ça roule (trop) vite ! Le trajet fait environ 7,5 kilomètres.

C’est mon trajet préféré car il est plus « vert », il peut se scinder en quatre parties :

  • Rue Basse d’Ingré et rue Paul Doumer jusqu’à la Tangentielle;
  • La rue Paul Doumer et la route d’Orléans entre l’A10 et la Tangentielle;
  • La route d’Orléans à Ingré;
  • La partie cyclable dans Ingré.

J’avais filmé ce trajet il y a quelques temps… Je fais juste un crochet en me perdant vers le collège.

Sauf sur la partie cyclable en site propre, il faut toujours se méfier des dépassements sur ce trajet. Aux heures de pointe, les automobilistes sont pressés et n’hésitent pas à vous coller pour arriver à leurs fins.

L’endroit le plus dangereux pour moi est la descente de la rue Paul Doumer en direction d’Orléans après le passage à niveau. La voie n’est pas large avec le stationnement sur la chaussée. Comme vous êtes en descente, vous roulez plus vite… Mais les automobilistes vous forceront néanmoins le passage!

Au passage à niveau, on peut apercevoir l’un des derniers gardes barrières de la SNCF.

L’ARRIVEE AU POLE 45

Ce qui est paradoxal c’est qu’il n’y aucun aménagement pour se rendre au Pôle 45 mais que la zone est pas (trop) mal dotée de pistes cyclables. Toutefois, l’entrée du Pôle 45 par la rue Passe Debout mériterait un meilleur traitement même si les élus se félicitent du résultat.

La piste commence au milieu de nulle part comme bien souvent dans la Métropole et pour rejoindre l’entrée il faut couper la route…

8 commentaires sur “Rejoindre le Pôle 45 à vélo: deux trajets, une seule ambiance

Ajouter un commentaire

  1. Merci Yann pour ce billet ! Hâte de sortir du confinement pour reprendre mes trajets vélotaf vers le Pôle 45 depuis Orléans en passant par la rue des Murlins et Saran.
    Les problématiques rencontrées sont les mêmes : hostilité des automobilistes, dépassements dangereux, excès de vitesse, mauvais état de la chaussée.
    Je garde en mémoire des menaces physiques de fous du volant : me faire pousser à un feu rouge (!) par un SUV, une autre fois par un utilitaire en zone 30, je ne compte plus les insultes ni ces automobilistes qui me doublent et roulent fenêtre ouverte sur ma gauche et à mon niveau pour me dire de me pousser, ou ceux qui me disent de dégager sur le petit bout de piste cyclable (facultative et pas pratique) rue des Murlins.
    J’ajoute également les incohérences qui selon moi favorisent ces comportements :
    – alternance de très courtes zones 30 puis dans la même rue bascule en zone 50 et à nouveau en zone 30. Je pense que la vitesse moyenne est de 70,
    – double-sens cyclables pas matérialisés sur la chaussée (rue des Murlins notamment) qui provoquent des comportements invraisemblables des autos. Combien me foncent littéralement dessus car ils considèrent que je ne suis pas à ma place, la faute à l’absence de marquage au sol, à des panneaux pas ou peu visibles et par endroit tout bonnement absents et aussi à un manque de considération du fait cyclable par nos villes, faisant du tout auto la règle et le vélo une exception tolérée,
    – stationnement sauvage sur les pistes aménagées (cf. rue des Murlins, toujours),
    – chaussée sacrément dégradée (je déraille toujours aux mêmes endroits, il y a des nids de poule terribles),
    – chauffeurs de bus qui ne sont pas toujours réglos (dépassements, queues de poisson, sas-vélos),
    – des chicanes qui entrainent des dépassements dangereux des automobilistes avec des accélérations et des rabattements d’urgence,
    – non-respect des sas-vélos
    – comportement des scooters et trottinettes électriques…
    C’est dommage car une fois tout cela mis sur la table, c’est un trajet fiable en terme de durée, non soumis aux aléas de la circulation auto, calme et vraiment agréable, avec des zones boisées et résidentielles sympas où il est possible de rouler au calme en écoutant le chant des oiseaux, tout en gagnant du temps sur un trajet similaire effectué en voiture.
    Peut-être que le monde d’après le 11 mai sera tout à fait différent… ? 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour,

      J’ai pris ce trajet une fois pour me rendre à Gidy. Les rues des Murlins et des Sablonnières sont vraiment vraiment dangereuses.
      Ensuite, une fois sur Oréliance, le trottoir partagé est pas mal !

      J'aime

      1. Cet équipement (pôle cliniques privées et laboratoires à venir) est bien mais il aurait été judicieux de ne pas faire du bi-directionnel. Les cyclistes en milieu urbanisé doivent circuler dans le même sens que les autres usagers de la chaussée.

        J'aime

  2. Pour tout dire, Yann a raison si l’on pense ses trajets « comme un automobiliste ».

    https://becancaneries.wordpress.com/2020/04/19/soiree-diaporamas/

    Le chemin [détaillé dans ce billet de blog] , encore secret, qui devrait être nettoyé et valorisé par l’agglomération, comme d’autre ancienne route dans ce quartier, est une très bonne alternative « aux grands axes ».
    Il doit allonger de moins d’un kilomètre le trajet au départ de la mairie de St Jean la Ruelle jusqu’au chemin des Muids. Dit comme cela, c’est un kilomètre ! Mais, mais, mais, si c’est un kilomètre de bonheur dans les champs et les prés, c’est un joyeux kilomètre à vélo que n’auront pas les automobilistes.

    Jipé qui va manger ses cookies ratés 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :